Le Master 2 en Communication Publique et Politique de l’ECS Paris.

Puisque nous sommes sur le blog des Mastères 2 en Communication Publique et Politique de l’ECS Paris, il me paraît judicieux, en fin d’année, de rédiger mes articles sur l’école et son Master.

Je vais donc m’adresser aux communicants susceptibles de rejoindre ce Master dans les années à venir. Je vais traiter mes articles dans l’ordre qui vous intéresse le plus :

- Que va m’apporter ce Master en Communication Publique et Politique ?

- L’école, sa direction et ses intervenants sont-ils de qualités ?

J’espère déjà faire frémir la direction à la vue de ces interrogations. La réponse à vos questions se trouve dans ces articles !

Tout d’abord, attardons nous sur ce nom pompeux. Ne vous méprenez pas, c’est avant tout un Master de communication et non de politique ou de savoir-vivre en public. Si vous souhaitez devenir un petit homme sur ressort ou le petit homme rondelet, passez votre chemin.

En revanche si l’envie de comprendre et décrypter votre environnement socio-économico-politico et toutes sortes de mots finissants en « o » vous titille, c’est Banco !

Parce qu’il s’agit bien de cela : maitriser ce qui vous entoure.

Je m’explique, vous arrivez dans ce Master avec un attrait certain pour la politique et ceux qui la font. Désormais vous daignez appréhender pourquoi et comment ils communiquent entre eux, vers les citoyens ou encore dans le vide.

Voilà tout l’intérêt de ce Master, vous allez apprendre à : savoir où regarder, comment percevoir un événement, décrypter son impact et comment utiliser vos connaissances pour les transformer en une stratégie, une recommandation, etc.

Faisons une petite analogie : « Le vin, il naît, puis il vit, mais point ne meurt en l’homme il survit » (lu sur un jéroboam de Mouton Cadet 2009 offert à Omar Ghandour pour son anniversaire, Baron Philippe de Rothschild 1902 – 1988).

« La culture, elle se travaille, elle évolue, mais point ne meurt en l’autre elle mûrit » (#TropStylé, Stéphane Bonhomme, votre prétentieux serviteur).

En effet, vous êtes une bouteille et votre contenance c’est votre culture. Quand le temps bonifie le vin, pour vous c’est la façon d’user de vos connaissances qui vous feront progresser. Quand l’aboutissement du vin c’est d’être apprécié par son consommateur, le votre sera de « paraître » cultivé, voir compétent en société et dans votre milieu professionnel.

Vous allez apprendre les réflexes de base et les outils pour maitriser le passé, le présent et le futur de la politique et de ceux qui la bricolent. En d’autres termes, on vous dira de lire un peu, beaucoup, énormément, passionnément, jusqu’à l’arrêt cérébral complet et de comprendre ce que vous lirez ou entendrez !

Comme disait Bernard Werber dans L’encyclopédie du savoir relatif et absolu : « Pour l’instant le monde humain appartient à ceux qui se demandent pourquoi. Mais l’avenir appartient forcément à ceux qui se demandent comment ».

Passez moi l’expression, mais à l’aide de ce Master, vous n’aurez plus le colon entre deux chaises :

-  Votre quotidien sera de développer votre culture générale et d’être assidu envers l’actualité.

- En cours (un jour par semaine et quelques samedi) vous obtiendrez les méthodologies, les techniques, les logiques et le bon sens nécessaire à la compréhension et l’utilisation de ce savoir.

En revanche les intervenants ne feront pas votre culture générale, pour certains vous partez de trop loin de toute façon !

L’autre valeur ajoutée de ce Master en Communication Publique et Politique, c’est sa classe d’étudiants !

Le sujet, vaste, impacte directement sur les profils de la classe : cela va de l’ornithorynque dyslexique à Molière. Plus sérieusement certains viendront du droit, d’autres de la politique, de la communication, du journalisme ou encore de l’armée !!

Votre environnement sera formateur car comme dans le milieu professionnel vous travaillerez avec des personnes qui vous correspondent et avec d’autres qui ont des convictions et des valeurs à l’extrême opposé des vôtres.

De plus, vous aurez la joie ou non d’assister à de nombreuses scènes cocasses ! Avec déjà un peu de Nostalgie, je vois mon petit Omar brandissant les couleurs du Front National en incarnant Marine Le Pen ou mon grand Harold s’invectivant pour une phrase anodine ayant percuté de plein fouet son tympan.

Je suis convaincu que la diversité des profils, des visions et des talents est unique dans ce Master. Vous apprendrez beaucoup au contact de vos camarades qui ont des spécialités que vous n’avez pas nécessairement.

Parfois, malheureusement pour l’intervenant, vous aurez accès à des informations de bien meilleure qualité en chuchotant avec votre compère plutôt qu’en écoutant le Monsieur barbu à lunettes qui parle.

Je conclurai par une phrase de Benjamin Disraelli, qui s’est révélé à moi lors de ce Master : « Être conscient que l’on est ignorant est un grand pas vers le savoir ».

Article written by

Laisser un commentaire