Portes-clés vivants… Un nouveau pas dans l’inhumanité

Poissons, lézards, tortues, nouveaux accessoires de mode indispensable chez nos amis Chinois. Ces animaux sont vendus vivants, enfermés dans un cercueil transparent et destiné à une fin de vie atroce pour satisfaire les besoins très « branché »des Chinois. Très sympathique, d’avoir un cadavre qui pend au bout de ses clés…

Le principe

porte-cle-animauxCes pauvres animaux miniatures sont enfermés dans une petite pochette en plastique  qui s’accroche à son trousseau de clefs. Les animaux peuvent à peine se mouvoir, l’eau est oxygénée et contient quelques nutriments leur assurant quelques jours vies !

 En savoir plus.

 

Ces « babioles » vivantes font la joie des Chinois et des touristes qui y voient des porte-bonheur ou simplement des cadeaux originaux. En vente dans les rues de la Capitale pour un euro, vous les trouverez à tous les coins de rue, distribué par des vendeurs à la sauvette. Mais attention, il y a un conseil du vendeur : « Libérez ces animaux avant étouffement » !

Véritable Tamagotshi des temps modernes qui témoignent du manque évident d’encadrement et de sanctions législatives pour les actions malveillantes envers les animaux en Chine. Les animaux n’étant pas protégés, ce type de commerce est tout à fait légal… En effet, l’Empire du Milieu ne possède qu’une loi pour “protéger les animaux sauvages”. Considérés comme des animaux de compagnie, les êtres vivants utilisés par cette pratique ne tombent donc pas sous le coup de cette loi.

Néanmoins, une pétition circule depuis quelques jours sur le net afin de mettre un terme à cette pratique ignoble. A travers cette pétition virale, les créateurs souhaitent faire pression sur  l’ONU pour exiger du gouvernement Chinois l’interdiction de la fabrication et de la commercialisation d’amulettes et de bijoux contenant des animaux vivants.

Pour vous engagez vous aussi, signez la pétition : je signe.
 

 

Et la France dans tout ça…

Les animaux sont protégés, enfin presque ! Le 15 avril 2013, la SPA a appellé ses adhérents et sympathisants à une manifestation anti corrida.

Du spectacle, de l’art, un sport… La corrida est pourtant bien un acte de barbarie très primaire qui existe en France et perdure principalement dans le midi. Car la seule réglementation existant à propos de la corrida l’interdit par principe et ne l’autorise que par exception.
 
les-taureaux-vous-disent-merciL’objectif de l’association est de dépasser le nombre de 5 000 manifestants dans une ville organisatrice de corridas, et ce en pleine feria. Une campagne d’affichage a été faite pour l’occasion où l’on pouvait lire : « Demandons au Maire d’Alès de supprimer cette barbarie, il en a le pouvoir ! Halte aux sévices et actes de cruauté M. Roustan ! Organisez un référendum !« .
 
 
En France et dans le monde, il y a encore du chemin à faire pour protéger nos amis les bêtes…
  
 
 

Article written by

Laisser un commentaire